Laure Thouault

Depuis 1997, Laure Thouault côtoie le quartier Empalot. Ses premiers pas en danse HipHop et plus particulièrement en breakdance, se sont effectués à la maison bleue d’Empalot avec comme professeur Warry de la Cie Etat d’Esprit (EDS). Issue de la banlieue toulousaine,  Laure se rendait à la maison bleu 1 à 2 fois par semaine pour apprendre la danse HipHop, malgré une grande appréhension de sa famille à « trainer » dans la cité.

Ce quartier est devenue pour elle un lieu source et ressource. Il a impulsé un sentiment de persévérance en se confrontant à la dure réalité qui peut résider dans les quartiers. Danser sur du béton avec des pairs qui ne te reconnaissent pas, endurcie ton tempérament et t’oblige à te battre et te dépasser pour parvenir à tes fins.

En parallèle, Laure fait des études STAPS (université de sport) et obtient un diplôme d’études appliquées (DEA) en science du mouvement. Elle continue aussi à se former à Toulouse et en France dans le domaine de la danse HipHop (Bruce Ikanji, Tito, Mrs Wiggles, Skitter Rabit Junior, Junior Almeida, Wanted Possee, Antoinette, Lady Del, Norton Antivilo, Anthony Egea, Redlocks, Plock, Malika, Los Fruitos).

En 2000, elle commence à donner quelques ateliers aux enfants et en 2002, débute sa carrière de danseuse au sein de compagnies locales – Féés d’Hiver, WJam, Slam Jam et Visual Concept et, participe à de nombreux festivals – cap danse, génération rap rnb, juice festival, festa tolosa, festival de rue de ramonville…

En 2005 elle collabore avec la MJC Empalot et anime un premier stage destiné à des jeunes adolescentes du quartier. Depuis, les collaborations n’ont cessé de continuer jusqu’à aujourd’hui. Dernièrement, sa participation à un documentaire « Le chant des loustics » produit par l’association le fil rouge – et co-réalisé avec les jeunes du quartier, met en avant les portraits d’artistes ayant commencé leur carrière à Empalot.

En 2006, Laure décide de se professionnaliser, d’être activiste et passeuse de culture. Elle fonde l’association L danse et crée son poste de pédagogue en danse HipHop.

Ainsi, L danse promeut le HIPHOP POUR TOUS et transmet les valeurs de la culture HipHop : peace, love, unity and having fun.

Depuis 2010 FORMATRICE 

Université le Mirail avec Mdme Bordes – Formation auprès de 17 élèves de master enfance et jeunesse

Jeunesse et sports avec Mr Cayssials – Formation auprès d’un groupe de 15 animateurs.

Fédération léo Lagrange – Formation de 16h auprès d’un groupe de 12 stagiaires.

En 2011, le voyage s’allie à la danse HipHop ! Le Népal est la destination phare : participation an tant qu’artiste et pédagogue au Festival International Salsa Népal, BOTY Népal et aides humanitaires auprès d’enfants de la rue.

Depuis maintenant 10 ans, Laure est responsable pédagogique de l’association. En 2012, l’équipe Ldanse crée HipHopArts, école d’arts urbains, à 2 pas du quartier Empalot.

En 2016, l’université jean Jaurès fait appel à ses compétences pour intervenir en qualité d’enseignant vacataire auprès de Licence Art et Com, DU et au CIAM.

En 2015 Laure porte le projet de création hiphop au feminin et continue a le faire évoluer et le diffuser dans des lieux alternatifs et éducatifs.

Aujourd’hui elle enseigne essentiellement aux enfants (Saint Cyprien, Pechbusque et Lacroix-Falgarde) et aux bébés en s’alliant avec Céline des bébés bohèmes ou le parent danse avec le bébé bien porte. Puis transmet le locking à HipHopArts accompagne de Charly.
Puis avec Jordane, Laure encadre et chorégraphie la compagnie Magik Family.